C’est une statue remise à neuf qui fera prochainement son retour dans le parc du château de Plaisir, lequel est en cour de rénovation et doit être inauguré le 2 février, ainsi que la place de l’église et le mur adjacent. L’ouvrage, datant du XVIIIe siècle, est depuis plus d’un an parti en atelier pour rénovation. « Elle était dans un état de délabrement très important, rappelle la maire LR de Plaisir, Joséphine Kollmannsberger. Elle avait été abîmée, on lui avait coupé les mains, la tête. »

Et l’édile d’ajouter : « Nous avons fait une renaturation complète [du parc], avec une réorganisation des jardins comme c’était au XVIIIe siècle. 450 arbres ont été plantés, nous avons refait tout un cheminement, remis un verger, et du coup, pour avoir une très belle perspective puisque cette statue répond en miroir au grand canal et au château du XVIIIe, nous avons voulu la remettre en état pour pouvoir la repositionner dans le parc du château refait à neuf. […] Pour refaire intégralement le fond du parc et du canal, il fallait l’enlever (la statue, Ndlr) car même si elle avait été très abîmée, on ne voulait pas que ce qu’il en reste soit abîmé de façon supplémentaire. »

Les travaux ont été confiés à l’entreprise Lefèvre, associée à l’atelier Tollis, deux sociétés du groupe Aurige, spécialisé dans la restauration des monuments historiques. « C’est un travail particulièrement technique, réservé à nos meilleurs sculpteurs et à notre responsable de l’atelier de sculpture, un sculpteur émérite, qui est vraiment en capacité de faire des propositions de reconstitution et ensuite de pouvoir notamment sculpter en pierre à neuf la partie haute, très ajourée », explique Clément Féron, responsable du développement chez Tollis, précisant qu’ « une à deux personnes » travaillent sur cette restauration.

La maire de Plaisir annonce également que la statue, d’1,15 m de large et de long et de 2,25 m de haut, et qui surplombe le bassin du parc, doit être réinstallée lors de l’inauguration du 2 février. Mais du côté des sculpteurs, on se montre beaucoup moins optimiste quant aux délais, beaucoup de travail restant encore effectuer. « On n’a quasiment aucun détail sur cette sculpture mis à part le fait que nous en tant que praticien, on peut certifier que c’est une sculpture de grande qualité du XVIIIe siècle, concède Clément Féron. Elle a été fortement dégradée par les affres du temps mais aussi des actes de malveillance. […] On en est à la phase de restitution de toutes ces parties disparues. »

La ville de Plaisir a d’ailleurs lancé un appel à témoignages dans le magazine municipal de janvier. « Vous possédez des photos, mêmes récentes, de cette statue ? Vous disposez d’informations fiables sur son auteur ou son histoire ? Faites-nous parvenir rapidement vous témoignages à [email protected] », peut-on y lire.

Cet appel permettra « d’avoir plus d’informations avant de continuer le travail de complément, de restitution de cette structure et d’éviter d’inventer quelque chose dont on pourrait avoir à terme des traces historiques, avance Clément Féron. On est un peu en pause pour permettre à ce travail de bouche-à-oreille de fonctionner et on espère que l’on aura des retours. […] Plus on a de documents d’archives, de descriptions ou de photos qui viennent nous donner d’informations, plus on est raccord avec l’œuvre d’origine et en capacité de comprendre l’histoire de l’œuvre et les interventions qui ont pu être faites dessus. »

Le coût de rénovation de la statue s’élève à environ « 70 000 euros », d’après Joséphine Kollmannsberger. Il s’englobe dans un total de « plus de 1,2 million d’euros » pour l’ensemble du parc rénové, pris en charge par Plaisir avec des aides éventuelles du Département et de la Fondation du patrimoine.