Le Tour était de retour à Villepreux. Deux ans après, la 107e édition du Tour de France a traversé la commune, le 20 septembre. La dernière étape, partie de Mantes-la-Jolie pour rejoindre les Champs-Elysées, est passée dans le village de Villepreux, par la rue Amédée Brocard, avant de quitter la ville par la côte de Paris.

« Accueillir le Tour de France, d’une ça ne se refuse pas, et de deux c’est une vraie chance, se félicitait le maire de Villepreux, Jean-Baptiste Hamonic (Modem), près d’une semaine avant le jour J. J’espère que ce sera l’occasion à la fois de mettre un coup de projecteur sur nos terres agricoles et nos espaces verts, […] et surtout sur le patrimoine. […] Avec l’hélicoptère, s’il peut y avoir un coup de projecteur sur la maison Saint-Vincent ou l’église Saint-Germain l’Auxerrois… »

Un joli coup de projecteur mais aussi une belle fête populaire.« On devait bien être 400 personnes sur le bord des routes », d’après le maire. Le public attendait ainsi le passage de la caravane, sous les coups de 15 h 20, puis les coureurs deux heures plus tard. Il a donc fallu s’armer de patience sous 27°C et un grand soleil.

Mais, ni l’attente, ni la chaleur, ni le contexte sanitaire n’ont découragé les spectateurs, même s’il y avait, comme attendu, « moins de monde, moins de sponsors », qu’en 2018, confiait une bénévole croisée sur le bord de la route. Mais le public était malgré tout au rendez-vous, venu de Villepreux ou d’ailleurs. Comme Julian, qui revenait de courses à Plaisir. « On a vu qu’il y avait le Tour qui passait et, du coup, on s’est arrêtés, a-t-il évoqué juste après le passage de la caravane. C’était l’occasion de montrer la caravane aux enfants, c’est la première fois qu’ils la voient. » Il s’apprêtait ensuite à repartir pour « voir le passage [du peloton] à Issy-les-Moulineaux, on vient de Saint-Cloud donc ce n’est pas loin ».

éric, Villepreusien, et son frère Vincent, venu de Poissy, sont eux encore plus habitués. « À chaque fois que le Tour passe, on passe », confie le premier cité. Il y a deux ans, ils étaient postés « au même endroit », devant l’ex-auberge des Trois Maillets. « C’est une tradition de famille, car on le faisait depuis qu’on avait 6 ou 7 ans. Avec nos parents et notre grand-père, on passait à Jouy-en-Josas et on allait tous les ans dans la côte de l’Homme mort », poursuit Vincent, marqué par le passage de Bernard Hinault avec le maillot jaune, en 1985. « On attend depuis de voir un Français gagner », ajoute-t-il.

Tous étaient déterminés à être présents et ne semblaient pas inquiets, malgré la pandémie. « Je travaille sur Paris, je prends les transports, il y a des risques partout, réagit Joël, Clétien qui avait déjà assisté au passage du Tour à Villepreux il y a deux ans ou encore au Paris-Nice à Plaisir en mars dernier. Pour l’instant, il faut vivre avec. Ce n’est pas parce qu’il y a ce virus que ça va m’empêcher de faire ce que je veux. » « Je pense qu’ici, ça va, c’est quand même bien espacé », juge de son côté Julian.

La distanciation physique entre les différents groupes de personnes devait être respectée, de même que les gestes barrières, et le masque était obligatoire au passage de la caravane et des coureurs. Une quarantaine de bénévoles étaient présents, comme Miriam, membre du Moto club de Villepreux (MCV). « On a commencé à 13 h 30, on a eu le briefing, on a fermé la route à 14 h et on est là depuis 14 h », explique-t-elle. « On fait souvent appel à nous », complète Emidio, lui aussi du MCV, ajoutant que leurs missions consistent à, « avant que la caravane passe, empêcher les gens de passer, si on en voit qui sont un petit peu trop sur la route ». Même si la police était bien sûr elle aussi présente pour encadrer l’événement.

C’est un peu après 17 h que les cyclistes, tant attendus, ont fait leur entrée dans la ville. Un peloton où figuraient l’Irlandais Sam Bennett, vainqueur de l’étape, et le Slovène Tadej Pogacar qui allait devenir, à la veille de ses 22 ans, le plus jeune vainqueur du Tour depuis 1904. Une moment d’histoire, passé par Villepreux et par Saint-Quentin-en-Yvelines, donc.

Le Grand prix cycliste de Montigny a lieu ce dimanche

Initialement prévu au printemps dernier puis reporté pour les raisons que chacun connaît, le 5e Grand prix cycliste de Montigny se tient le 27 septembre, à l’initiative duVélo Club de Montigny-le-Bretonneux. Long de 3 km, le circuit partira de l’avenue du Parc, près du croisement avec la rue de la République, puis empruntera les avenues des Prés, du Général Leclerc, Nicolas About, avant de revenir avenue du Parc. La course est réservée aux seniors des catégories départementales. 180 coureurs de toute l’Île-de-France sont attendus. Départ à 8 h pour les catégories D3 et D4, pour huit tours, soit 51 kilomètres. Pour les D1 et D2, la course s’élancera à 10 h, pour 25 tours, soit 75 km. Retrait des dossards et cérémonie salle Genevoix, déviations à prévoir pour les riverains. La veille, sera organisée une journée portes ouvertes spéciale féminines de 14 h à 17 h, dans les locaux du club rue d’Alsace-Lorraine. Détails sur vcmb.fr.